Asthme infantile: 13% des cas seraient dus au trafic routier

La pollution routière, évaluée par la concentration en NO2, serait responsable en moyenne de 170 nouveaux cas pour 100000 enfants chaque année dans le monde | Pixabay

Chaque année, parmi les nouveaux cas d’asthme diagnostiqués chez les enfants, quatre millions seraient directement liés à la pollution de l’air due au trafic routier. C’est le chiffre avancé par des chercheurs canadiens et américains qui publient leurs travaux dans le Lancet Planetary Health.

Pourquoi c’est intéressant. Dans un commentaire associé à cette publication, un expert sud-africain souligne qu’«un résultat important de cette étude est la preuve supplémentaire que les normes actuelles de l'OMS ne protègent pas contre l'asthme infantile». En effet, selon les auteurs, environ 92% des cas d'asthme infantile attribuables à l'exposition au dioxyde d’azote (NO2) issu de la circulation se situeraient dans des régions où les concentrations de ce NO2 étaient inférieures aux recommandations moyennes annuelles de l'OMS.

Comment l’étude a été faite. Pour fournir cette estimation, les chercheurs ont analysé différentes bases de données nationales et internationales. La pollution routière, évaluée par la concentration en NO2, serait responsable en moyenne de 170 nouveaux cas pour 100000 enfants chaque année dans le monde, ce qui correspond à 13% des nouveaux cas totaux. En Suisse, l’incidence serait de 150 cas pour 100 000, l’équivalent de 14% des nouveaux cas.

link

Lire l'étude du Lancet