| | Radar

Vapoter augmente le risque de maladies respiratoires (mais moins que le tabac)

Keystone / Alba Vigaray

Une nouvelle étude menée à l’université de Californie à San Francisco par Stanton Glantz, l’un des plus célèbres chercheurs en tabacologie, vient d’être publiée dans l’American Journal of Preventive Medicine. Menée sur plus de 30'000 adultes américains, elle montre que les vapoteurs ont un risque accru de 30% de développer une maladie respiratoire en deux ou trois ans. C’est-à-dire des affections comme des bronchites chroniques ou de l’asthme, voire de l’emphysème ou une BPCO. Ces travaux sont relayés sur le site de la NPR.

Pourquoi c’est important. C’est la première fois qu’on montre de façon convaincante un lien entre vapotage et maladies respiratoires chroniques. Il ne faut pourtant pas perdre de vue le paysage général: la même étude montre que les fumeurs ont un risque accru de 150% de développer de telles affections. Selon les perspectives, ces résultats peuvent être interprétés comme un nouveau signal d’alerte à propos du vapotage ou comme une confirmation de son utilité pour réduire les risques tabagiques. Une chose est sûre: l’usage combiné vapotage-tabac est à proscrire, car les risques se multiplient.

link

À lire sur le site de la NPR

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi