| | News

Une start-up vaudoise adapte un test de détection du Covid à l’alimentation

En Allemagne, 400 employés de l’abattoir géant de Tönnies à Rheda-Wiedenbrück ont été testés positifs au coronavirus fin juin./Keystone/Bernd Thissen.

Spécialisée dans la détection de contaminants dans l’industrie agro-alimentaire, la start-up vaudoise SwissDeCode va adapter son test de détection d’ADN au code génétique (ARN) du coronavirus dans le cadre d’un projet européen. Avec ses quatre partenaires, l’italien Microbiom, le français Eurofins ainsi que l’Université d’Helsinki et l'Institut espagnol d'agrochimie et de technologie alimentaire (IATA CSIC), SwissDeCode prévoit que ce dispositif de test portable et ultra rapide sera prêt à la fin de l’année. Les partenaires du projet ont reçu un financement de 790’000 euros de la principale initiative d’innovation alimentaire en Europe: EIT Food.

Pourquoi c’est intéressant. S’il n’y a aucune preuve d’une infection au Covid-19 à partir d’un aliment, le coronavirus entretient un lien étroit avec la chaine alimentaire depuis son apparition sur un marché de Wuhan jusqu’à l’explosion des cas dans des abattoirs récemment. Du coup, certains pays comme la Chine commencent à interdire l’entrée d’aliments sur leur territoire. La capacité de tester en moins d’une heure la présence de virus, en particulier sur les surfaces où sont préparés les aliments, devrait permettre de répondre à cette nouvelle demande d’hygiène. Et surtout de mieux protéger les employés de ces industries.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi