| | News

Genève veut suivre l'exposition des travailleurs au coronavirus

Les anticorps neutralisants sont dosés dans le sang des participants. | Keystone / Helmut Fohringer

Genève s’apprête à suivre la progression du coronavirus chez les travailleurs, avec Serocov-Work+. Comme son homologue vaudoise, cette étude permettra de mesurer le taux d’exposition des professionnels mobilisés durant la pandémie, tel que le personnel de vente, grâce au dosage d’anticorps anti-coronavirus. Prévue pour inclure 15’000 participants, Serocov-Work+ est le fruit d’un partenariat public-privé impliquant les HUG, Hirslanden Clinique la Colline et Clinique des Grangettes, l’Hôpital de La Tour, l’EPFL, et la Chambre de commerce (CCIG).

Pourquoi c’est utile. Cette étude fournira des données précieuses pour comparer les différences de séroprévalence entre les personnes ayant suivi le semi-confinement et celles ayant exercé leur activité professionnelle durant le pic épidémique. Elle vise à comprendre si certains corps de métier sont particulièrement à risque et si les mesures de protection ont été efficaces.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi