| | News

Une des principales mutations des variants du coronavirus n'a pas d'impact sur le vaccin

Vaccination à Zurich. (KEYSTONE/Ennio Leanza)

Les nouveaux variants britannique et sud-africain du coronavirus sont en train de se diffuser dans le monde, en raison de leur contagiosité supérieure. Mais ont-ils un effet sur les vaccins contre Covid-19? Cette perspective, jugée peu plausible a priori mais impossible à exclure, s’éloigne un peu après une nouvelle étude, réalisée par des chercheurs américains et disponible en pré-publication (non encore revue par les pairs). Elle montre que la principale mutation commune à ces deux variants ne modifie pas, in vitro, le pouvoir de neutralisation des anticorps générés après avoir reçu le vaccin de Pfizer-BioNTech.

Pourquoi c’est important. Le variant britannique se répand rapidement – y compris en Suisse, d’après des données encore parcellaires – et semble bien parti pour devenir la principale souche en circulation en Europe, à plus ou moins brève échéance. Or ce variant présente plusieurs mutations affectant la protéine Spike, celle-là même que ciblent les anticorps neutralisants induits par la quasi-totalité des vaccins Covid-19. Avec ces nouveaux travaux, la perspective que le variant britannique affecte la première génération de vaccins s’éloigne un peu plus. C’est moins clair pour le variant sud-africain.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi