| | enquête

EXCLUSIF - Une analyse de l'EPFL met en garde contre les failles de SwissCovid

SwissCovid, l'application de contact tracing de l'EPFL et l'ETHZ, a été validée par le Parlement. | Keystone / Laurent Gilliéron

Alors que le Conseil national a approuvé ce 8 juin la base légale permettant de lancer publiquement l’application de contact tracing SwissCovid d’ici la fin du mois de juin, des voix s’élèvent pour mettre en garde sa sécurité, ses protocoles de mises en service et leur transparence. Ces critiques n’émanent pas que de la société civile et de responsables des protections des données, mais également de l’EPFL et de l’Université de Lausanne. Mais quels risques court-on vraiment à la télécharger?

Pourquoi c’est déroutant. Les conseillers aux Etats ont adopté à une large majorité mercredi 3 juin la loi autorisant le déploiement de SwissCovid au niveau national. Ce lundi, c’était au tour des conseilleurs nationaux de se prononcer. Leur acceptation a été une formalité (156 voix pour, 22 contre et 13 abstentions). Mais ont-ils pris leur décision en toute connaissance de cause? Une analyse – pas encore publique, mais que Heidi.news a pu se procurer – issue du Laboratoire de sécurité et de cryptographie (Lasec) de l’EPFL met en garde contre les abus possibles et le manque de transparence qui a prévalu dans le processus de développement, alors même que les chercheurs des écoles polytechniques fédérales impliqués dans le projet ont organisé un webinaire sur le sujet le 27 mai. Enquête.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi