| | news

Contre le cancer, une start-up du CERN donne des yeux aux radiothérapeutes

Co-fondatrice de Terapet, Christina Vallgren utilise le rayonnement gamma afin de guider le faisceau de protons qui sert de scalpel aux chirurgiens du futur./Terapet

La start-up genevoise Terapet vient d’annoncer coup sur coup sa première levée de fonds d’un million de francs auprès d’investisseurs privés et le financement par l’agence d’innovation Innosuisse d’un projet de recherche en collaboration avec le CERN. Elle va développer le premier prototype destiné à une validation lors d’essais sur l’homme de sa technologie non invasive de vision en 3D et en temps réel des faisceaux de protons utilisés pour détruire les cancers.

Pourquoi c’est encourageant. La protonthérapie est une forme de radiothérapie ultra précise. Elle utilise des faisceaux de protons pour détruire des cellules cancéreuses, en particulier quand elles sont situées à proximité d’organes sensibles. Les médecins qui utilisent cette technique n’ont cependant pas de vue directe. Ils appliquent des modèles automatiques dérivés des images prises préalablement avec un scanner. Terapet développe une technologie non invasive basée sur le rayonnement gamma qui donne une vision en direct de l’intervention.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi