| | Radar

Un portrait de Maria Van Kerkhove, la voix scientifique de l’OMS en temps de Covid-19

Maria Van Kerkhoe en conférence de presse à l'OMS, le 6 mars 2020. | Keystone / Martial Trezzini

C’est un des visages récurrents de la crise. Maria Van Kerkhove, en charge de l’unité des maladies émergente à l’OMS, est devenue en quelques semaines une des figures incontournables de la pandémie. L’épidémiologiste américaine de 43 ans, née à New York, fait l’objet d’un portrait sur le site médical Stat. Décrite comme un bourreau de travail absolu, cette Genevoise d’adoption au parcours sans faute (Cornell, Stanford, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Institut Pasteur…) a fait ses premières armes de terrain en étudiant la grippe «aviaire» H5N1 dans le Sud-Est asiatique, au milieu des années 2000. Elle a rejoint l’OMS en 2017 pour s’occuper des… coronavirus.

Pourquoi ça nous a intéressés. Depuis le début de l’épidémie, trois cadres de l’OMS s’exposent tous les jours aux yeux des journalistes pour expliquer la situation et l’état de la riposte sanitaire. Le directeur général Tedros Ghebreyesus, charismatique biologiste et ancien ministre de la Santé éthiopien, est la figure politique de l’organisation. Le directeur des programmes d’urgence de l’OMS, Mike Ryan, truculent épidémiologiste irlandais, fin connaisseur de l’Afrique et du Moyen-Orient, en est la voix opérationnelle. Quant à la très appliquée Maria Van Kerkhove, elle est devenue la porte-voix de l’OMS sur les questions scientifiques liées à Covid-19. Un exercice délicat, alors que les zones d’ombre restent nombreuses et que chaque écart de langage peut se transformer en polémique mondiale.

link

A lire sur Stat

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi