| | Radar

Malgré lui, Bruce Springsteen pose la question des vaccins autorisés

Le chanteur et guitariste américain Bruce Springsteen en concert au Hulu Theater à Madison Square Garden (New York), le 5 novembre 2018. | le Keystone / AP Invision / Brad Barket

Un concert de la superstar américaine Bruce Springsteen a suscité un vent de colère au Canada, rapporte la RTS. L’événement, qui doit rassembler 1700 personnes sans masque le samedi 26 juin à New York, ne devait être autorisé qu’aux personnes ayant été vaccinées avec le Pfizer ou le Moderna – les deux seuls homologués aux Etats-Unis. De l’autre côté de la frontière canadienne, où l’AstraZeneca a été administré à 1,7 million de personnes, on s’agace de ce choix jugé discriminatoire. Au point que la salle de concert a fini par adapter son protocole pour inclure tous les vaccins reconnus par l’OMS, relate le Guardian, dont l’AstraZeneca. L’incident diplomatique est clos.

Pourquoi on vous en parle. Les mesures fondées sur le statut vaccinal risque de voir ce genre de questions se multiplier dans un avenir proche. Par exemple, le certificat Covid-19 de l’Union européenne (avec qui la Suisse coopère étroitement) rend obligatoire l’accueil des personnes ayant reçu un vaccin autorisé par l’agence européenne du médicament (EMA). La décision pour les autres vaccins (notamment indiens, russe ou chinois) reste à la discrétion de chaque pays. Le casse-tête du passeport vaccinal ne fait donc que commencer, à moins que la solution la plus inclusive ne s’impose en pratique: accepter tous les vaccins validés par l’OMS, même si certains d’entre eux sont moins efficaces pour prévenir Covid-19 et sa transmission.

link

A lire sur le site du Guardian (EN)

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi