| | news

Un capteur suisse permet de détecter le coronavirus dans l’air 

L'outil est destiné aux lieux de passages, aujourd'hui désert, comme la gare de Zurich (ci-dessus) ou l'aéroport de Genève. | Keystone / Ennio Leanza

Une équipe de chercheurs de l’Empa et de l’ETHZ développe un capteur capable de détecter le coronavirus dans l’air en temps réel et avec fiabilité. Les chercheurs, qui travaillent habituellement sur la mesure et l’analyse des polluants atmosphériques, ont redirigé leur activité sur les virus depuis le mois de janvier. L’outil développé est un biocapteur optique inédit: il combine un effet optique et un effet thermique. Sa structure lui permet de capter l’ARN virale présent dans l’air grâce à des brins d’ADN complémentaires et d’émettre un signal correspondant.

Pourquoi c’est intéressant. Selon l’équipe de chercheurs, l’attrait de cet outil, encore en développement, est triple: il pourrait permettre de mesurer la concentration du virus dans les lieux fréquentés comme les gares et les aéroports ou dans les systèmes de ventilation des hôpitaux, pourrait devenir une alternative aux tests RT-PCR utilisés pour le diagnostic clinique et, à terme, détecter d’autres virus et participer à contenir une épidémie à un stade précoce.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi