| | Radar

Trois polluants organiques persistants pourraient augmenter le risque de cancer du sein

Cliché de mammographie | Shutterstock

Trois polluants organiques persistants (POP) sont suspectés d’accroître l’agressivité du cancer du sein chez les patientes en surpoids — c’est-à-dire dont l’indice de masse corporel est supérieur à 25. C’est ce que suggère une étude française parue en novembre dans la revue Environment International, relayée par Le Monde. La présence de dioxine de type Seveso (2,3,7,8–tétrachlorodibenzo(p)dioxine) et de deux composés PCB (polychlorobyphényles) dans les tissus adipeux proches de la tumeur semble favoriser l’agressivité du cancer.

Pourquoi on utilise le conditionnel. Cette étude sur seulement 91 sujets établit une simple corrélation et n’apporte pas de preuve de causalité entre la présence de ces POP et l’agressivité du cancer du sein. Elle n’en demeure pas moins intéressante comme point de départ pour approfondir la question du lien entre la présence de ces substances chimiques — persistantes dans l’environnement et la chaîne alimentaire — et l'agressivité de certains cancers.

link

Lire l'article du Monde

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi