| | News

Trente reins envolés à cause du coronavirus

Des chirurgiens prélèvent un rein sur un donneur à l'hôpital universitaire de Georgetown aux Etats-Unis. | Keystone / Manuel Balce Ceneta

Au plus fort de l’épidémie, entre le 17 mars et le 14 avril, certains programmes de dons et de transplantations d’organes ont été suspendus afin de préserver les ressources hospitalières. Les reins collectés sur les donneurs décédés durant cette période ont été attribués hors de Suisse, principalement en Espagne et en Italie, grâce aux collaborations internationales. Une trentaine de reins se sont ainsi envolés sans bénéficier aux patients en liste d’attente en Suisse.

Pourquoi c’est sensible. Pour assurer la continuité des greffes vitales (cœur, foie et poumon), Swisstransplant a mis en place un système permettant de diriger les organes collectés et les bénéficiaires vers les centres de transplantation les moins affectés par le coronavirus. Les transplantations de reins, non vitales, ont, quant à elle, été totalement interrompues durant cette période. Les délais d’attente, actuellement de plus de trois ans en moyenne pour un rein, s’en trouveront rallongés d’environ 6 à 8 semaines. À l’heure où environ 800 personnes vivent dans l’attente d’un rein en Suisse, chaque organe compte.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi