| | News

Télétravail, limite de cinq personnes et enfants en bas âge: un cocktail explosif

Image d'illustration. | Keystone / Jean-Christophe Bott

La sentence est tombée à Berne, le 13 janvier. «Rassemblements limités à 5 personnes, enfants inclus.» Ces deux derniers mots d’apparence anodine modifient pourtant le quotidien de nombreuses familles, désormais privées du peu de lien social qui avait pu être maintenu ces derniers mois. Plusieurs familles témoignent.

«J’en ai ras-le-bol. Vraiment. La vie perd de son sens. On réalise à quel point les moments de partage comptent», tonne la voix dynamique de Stéphanie*, mère de deux enfants, d’un et quatre ans, dans le combiné. «Nous sommes un couple avec des enfants, en appartement. Nous résidons temporairement en France voisine. Ce sont les grands-parents, domiciliés des deux côtés de la frontière, qui gardent les enfants. Nous exerçons tous les deux à plein temps en télétravail.»

«Nous vivons presque en autarcie pour ne pas prétériter notre capacité à travailler, car dans notre situation, une quarantaine s’apparente à un petit cauchemar. En tant qu’indépendante, je ne peux pas me permettre de cesser d’exercer pour m’occuper de mes enfants. Et si nous sommes en quarantaine, il n’y a plus de solution de garde. Cela nous est arrivé fin octobre, mais heureusement, mon conjoint a pu prendre des jours de congé.»

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi