| | radar

Sur la piste d’un traitement universel pour guérir le cancer

Les lymphocytes T, ou cellules T, sont responsables de l'immunité cellulaire | allinomemovie/Pixabay

Une équipe de chercheurs de l’université de Cardiff publie une étude étonnante dans la revue Nature Immunology. Ils sont les premiers à décrire un type de cellule T, un leucocyte qui joue un rôle important dans la réponse immunitaire, circulant dans le sang et qui, avec son récepteur spécifique, est capable de reconnaître et tuer naturellement un large éventail de cellules cancéreuses. Les cancers concernés sont ceux des poumons, de la peau, du sang, du côlon, du sein, des os, de la prostate, des ovaires, des reins et du col de l'utérus.

Pourquoi c’est prometteur. Pour le moment, l’étude ne porte que sur les animaux et les cellules en laboratoire. Des contrôles de sécurité supplémentaires sont nécessaires avant de pouvoir commencer les essais sur l’humain. Mais les chercheurs affirment que le récepteur de cellule T qu’ils ont découvert pourrait conduire à un traitement unique contre un large éventail de cancers. L’idée serait de prélever un échantillon de sang d’un patient cancéreux, d’extraire ses cellules T, de les modifier génétiquement pour qu’elles expriment le récepteur de détection du cancer à leur surface, de les cultiver en grande quantité en laboratoire avant de les ré-injecter chez le patient.

link

À lire sur BBC

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi