| | radar

Rien ne va plus à l'hôpital universitaire de Zurich

Couloir d'élimination des déchets de l'hôpital universitaire de Zurich (USZ) | Keystone / Ennio Leanza

Pas moins de trois médecins-chefs de l'hôpital universitaire de Zurich (USZ) sont dans la tourmente. Le directeur de la clinique de chirurgie cardiaque, Francesco Maisano, est soupçonné d’avoir mis en danger ses patients en posant des implants non-autorisés issus d’entreprises dans lesquelles il aurait des liens d’intérêts directs, et d’avoir dissimulé des complications post-opératoires. Il aurait en outre embelli des études scientifiques. Martin Rücker, directeur de clinique de chirurgie orale, se voit reproché d’avoir systématiquement redirigé des patients vers son propre cabinet privé et d’avoir simulé la formation de médecins-assistants. Quant à Daniel Fink, le directeur de la clinique de gynécologie de l’USZ, il aurait effectué plusieurs opérations et consultations en même temps selon le planning opératoire.

Les suites des affaires. Selon la NZZ am Sonntag du 6 juin 2020, le ministère public a ouvert une enquête préliminaire sur les mauvais agissements décriés. Il examine désormais si lesdits agissements relèvent du domaine pénal. La Bz Basel du 9 juin rapporte que la suspension du directeur de la clinique de chirurgie cardiaque de l’USZ a été prolongée par le Conseil de l’hôpital jusqu’à nouvel ordre. L’intéressé ne serait plus en mesure de garantir le bon fonctionnement de la clinique en raison des nombreux rapports médiatiques l’incriminant. Le lanceur d’alerte qui a fait remonter les faits reprochés à Francesco Maisano aurait quant à lui été licencié.

link

A lire dans la NZZ am Sonntag et dans la Bz Basel

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi