| | Question

Qui meurt encore du Covid-19?

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Deux personnes dans une résidence pour personnes âgées à Zurich (image d'illustration). | Keystone / Gaetan Bally

Une fidèle lectrice nous fait parvenir cette question très intéressante:

«Il y a toujours environ huit morts par jour du Covid mais les aînés sont censés être vaccinés, et les adultes les plus vulnérables également... Alors qui sont ces morts?»

La réponse d’Yvan Pandelé, journaliste au Flux santé. Chère lectrice, le nombre de décès a plongé en Suisse ces dernières semaines, et tout le monde s’accorde à y voir l’effet de la vaccination qui progresse à grands pas. Mais il existe toujours une part substantielle de la population qui n’est pas vaccinée, et ce même chez les aînés. Un autre cas de figure existe: celui des personnes qui, en dépit des vaccins, ont malgré tout contracté une infection Covid-19. Mais il reste tout à fait marginal.

Le profil des personnes décédées. Il est difficile d’avoir des informations générales sur le profil des personnes décédées, du fait même de leur faible nombre. Le canton de Genève, à qui j’ai posé la question et qui n’a en général aucun problème pour livrer des informations épidémiologiques précises, m’a par exemple opposé la protection de la vie privée.

Mais tout laisse à penser que le profil des personnes décédées n’a pas beaucoup évolué par rapport à ce qu’on connaît déjà. A savoir: les personnes très âgées, fragiles et moins compétentes au plan immunitaire, et quelques personnes plus jeunes atteintes de comorbidités (cancer, maladie rénale, obésité…). J’ai demandé à l’OFSP, qui confirme:

«En résumé, les rares personnes qui décèdent encore actuellement en lien avec un Covid-19 confirmé en laboratoire sont comme autrefois des personnes âgées.»

Autopsie des décès. Sur les quatre dernières semaines (du 3 au 30 mai), la Suisse accuse 110 décès liés à Covid-19. En somme, on dénombre de l’ordre d’un décès par semaine dans chaque canton. C’est très faible, ce qui est une excellente nouvelle. Voici comment ils se répartissent par tranche d’âge:

  • 0 à 39 ans: aucun décès à déplorer

  • 40 à 49 ans: 1 décès (1% du total)

  • 50 à 59 ans: 9 décès (8%)

  • 60 à 69 ans: 19 décès (17%)

  • 70 à 79 ans: 27 décès (25%)

  • 80 à 89 ans: 54 décès (49%)

Vous voyez que les décès Covid-19 continuent de concerner surtout le troisième (plus de 65 ans) et le quatrième âge (plus de 80 ans), qui ont toujours été en première ligne face à la maladie.

L’examen des séries temporelles montre que la proportion des personnes de plus de 80 ans dans les décès a diminué avec la vaccination. Celles-ci tendent à ne représenter qu’environ la moitié des décès, contre trois-quart au plus fort de la pandémie. Le fardeau tend à se reporter sur les gens un peu moins âgés.

Vaccinés ou pas vaccinés. Pourquoi a-t-on encore des décès malgré la vaccination? Deux raisons fondamentales.

  • Même si les campagnes avancent très vite, on est encore loin d’avoir atteint une protection vaccinale pour tout le monde. Un tiers de la population suisse est vacciné, et même chez les séniors, le taux de couverture n’est pas de 100%.

On plafonne à environ 80% de vaccinés chez les plus de 70 ans. Il s’agit par ailleurs d’un chiffre qui évolue peu ces dernières semaines, et il semble bien qu’on ait touché une sorte de plafond de verre.

  • Par ailleurs, et même si les vaccins Pfizer et Moderna sont très efficaces, il existe toujours un risque résiduel de contracter Covid-19 – ce que les Anglo-saxons qualifient de «breakthrough infection». Il est de moins de 5% dans le cas général mais augmente chez les séniors, car le système immunitaire décline avec l’âge.

Quelle est la part de décès due à la couverture vaccinale incomplète et celle due à la protection incomplète conférée par les vaccins? Je me suis adressé à l’OFSP, qui m’a communiqué une analyse à ce sujet (inédite à ma connaissance):

  • depuis le 27 janvier 2021, date à laquelle le système de déclaration a été affiné, l’OFSP relève 617 décès chez des personnes au statut vaccinal connu;

  • parmi ces décès, 14 seulement concernent des personnes pleinement vaccinées, c’est-à-dire ayant reçu leur deuxième dose depuis au moins deux semaines.

En somme, seuls 2% des décès Covid-19 rapportés cette année en Suisse ont eu lieu chez des personnes vaccinées. La quasi-totalité des décès se produit chez des personnes non vaccinées.

Les raisons du plafond de verre. Il n’y a pas de données à ma connaissance sur les raisons pour lesquelles environ 20% des personnes âgées ne sont toujours pas vaccinées.

  • Il est probable qu’il y ait des personnes qui ont contracté Covid-19 et ne sont donc pas encore éligibles à la vaccination, mais les personnes infectées pendant la deuxième vague le sont depuis longtemps (le délai post-infection est de trois mois pour les séniors).

  • Par ailleurs, les contre-indications à la vaccination sont très limitées – une allergie au PEG utilisé dans les vaccins – et la balance bénéfices-risques de la vaccination ne fait pas débat chez les séniors. Donc pas de problème d’éligibilité pour raison médicale à prévoir.

L’accès à la vaccination n’est donc pas le facteur majeur, d’autant que les séniors sont prioritaires depuis le début des campagnes. Si le doute était encore permis il y a quelques mois, il est désormais clair qu’existe un problème d’adhésion aux vaccins chez les seniors.

J’ai posé la question à Joël Goldstein, directeur de Pro Senectute Genève, canton où environ 25% des personnes de 70 ans et plus ne sont pas vaccinées (et 17% en EMS). Il confirme cette analyse et la prolonge:

«On s’est retrouvé avec passablement de personnes qui ont souffert de solitude et glissé dans une forme de dépression. Une chose dont on a très peu parlé c’est que les "fake news" ont un effet assez dévastateur chez les personnes âgées. Donc on a un certain nombre d’entre elles qui refusent de se faire vacciner par crainte, en lien avec ce climat de suspicion qui s’est combiné avec leur période de solitude.»

Pour vous répondre de manière un peu crue: les personnes qui meurent encore du Covid-19 sont surtout des personnes âgées vulnérables et craignant la vaccination.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi