Réservé aux abonnés

Quelle dose de dioxines dans le corps des Lausannois?

La cheminée de l’usine de Pierre-de-plan à Lausanne n’est pas à l’origine de la pollution aux dioxines des sols de la ville. C’est son ancêtre, l’usine du Vallon, qui en cause. | Keystone / Laurent Gilliéron

Des analyses pour évaluer la concentration de dioxines dans l’organisme des Lausannois ont été annoncées le 19 janvier. Mais tout est encore très flou.

Cet article a été publié dans notre newsletter du soir, Le Point fort. N'hésitez pas à vous inscrire, c'est gratuit.

La semaine dernière (le 19 janvier), le canton de Vaud et la ville de Lausanne ont présenté les résultats des analyses, effectuées en 2022, de la présence de dioxines dans les sols de la capitale vaudoise. Vassilis Venizelos, conseiller d’Etat en charge de l’environnement a été très clair:

«Il s’agit d’une pollution d’une ampleur inédite, dans un contexte urbain dense.»

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter