Réservé aux abonnés

Que sait-on du nouveau variant Covid qui dominera en Suisse d’ici novembre?

Pixabay / Alexandra Koch

Le variant actuel Omicron BA.5 est sur le point d'être remplacé par un nouveau sous-variant, sans doute BQ.1.1. Le point sur l'impact potentiel sur l'épidémie de Covid-19 en Suisse.

Ils ont de sales trognes et des noms encore pires. BQ.1.1, BF.7, BA.2.75, XBB… Les enfants du variant Omicron sont en train d’émerger et pourraient changer la physionomie de la vague Covid-19 en cours. L’un d’entre eux, BQ.1.1, est pressenti pour devenir le nouveau variant dominant en Suisse dès la mi-novembre. Heidi.news vous dit tout.

Le quadrille de tête. Comme tous les virus à ARN, Sars-CoV-2 ne se prive pas d’évoluer au fil des hôtes, scandant une longue litanie de variants depuis la souche originale de Wuhan: Alpha le «britannique», Delta l’«indien», puis Omicron le «sud-africain» – ce dernier décliné en BA.1, BA.2 puis enfin BA.5, responsable du rebond de cas au début de l’été dernier.

Lire aussi: «Pourquoi je n'ai jamais eu le Covid?» La science aussi se pose la question

A ce jour, Omicron BA.5 règne en maître en Suisse et dans le monde, mais pour combien de temps? Une poignée de semaines, en tout état de cause. Les virologues, qui continuent de suivre le virus à la trace en dépit d’un effondrement des dépistages, voient désormais émerger de nouveaux candidats ayant la capacité de s’imposer dans le paysage.

«C’est devenu impressionnant, il y a eu la succession des variants à lettre grecque et là on est dans un autre monde: c’est une soupe de sous-variants d’Omicron qui bataillent en ce moment», soupire Manuel Schibler, virologue au Centre national de référence pour infections virales émergentes (Crive) des HUG.

Bruno Lina, professeur de virologie au CHU de Lyon et membre du conseil scientifique Covid-19 (désormais comité de veille et d’anticipation des risques scientifiques) français:

«C’est toujours difficile de savoir parce que les données de surveillance ne sont pas très riches et qu’il y a des trous dans la raquette, mais on a le sentiment qu’on a aujourd’hui affaire un aréopage de virus un peu différents qui circulent un peu partout dans le monde, distincts selon les régions.»

Quatre variants sortent du lot, de par leur taux de progression et les mutations dont ils sont affublés. Présentation:

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter