| | news

Quand l’orgasme et le plaisir font deux: des chercheurs se penchent sur le sexe nul

Nu couché, d'Auguste Renoir (1883).

Le septième ciel n’est pas sans nuages. Des chercheuses de la Queen’s University (Canada) se sont penchées sur l’orgasme à l’occasion d’une vaste étude qualitative portant sur plus de 700 adultes, d’identités sexuelles et de genre variées. Leurs travaux montrent que le paroxysme du plaisir n’est pas toujours très… plaisant. Certains relatent même des expériences très négatives.

Pourquoi c’est intéressant. L’orgasme est souvent considéré comme la raison d’être d’une partie de jambes en l’air. Mais ces travaux montrent qu’il est sans doute aussi complexe et ambivalent que le plaisir sexuel en général. Un orgasme peut être très mal vécu, notamment lorsqu’existe un conflit latent dans la relation, ou une forme de contrainte.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi