| | news

Près de trois milliards de pertes estimées pour les hôpitaux suisses

De nombreux lits sont restés vides suite à la suspension des activités électives. | Keystone / Anthony Anex

Entre 1,7 et 2,9 milliards de francs d’ici la fin de l’année. Il s’agit de la première évaluation, à l’échelle nationale, des pertes liées à l’épidémie du coronavirus pour les hôpitaux et cliniques du pays. Cette évaluation, commandée par la faîtière H+, a été révélée ce vendredi 22 mai par la RTS. Les causes principales des pertes s’articulent autour de l’engagement de personnel et de l’achat de matériel supplémentaire, ainsi que du manque à gagner lié à la suspension des traitements non-urgents pendant six semaines. Le manque à gagner représenterait 80% des pertes.

Pourquoi c’est polémique. Ces pertes ne seront pas rattrapables, les infrastructures n’ayant pas repris leurs activités à temps plein, a estimé Geneviève Bütikofer, directrice de H+, dans La Matinale. Il s’agit désormais de savoir qui paiera la facture. Les cantons, responsables de la planification hospitalière et propriétaires de la majorité des hôpitaux, devraient passer à la caisse, mais espèrent un soutien fédéral. Mauro Poggia, conseiller d’Etat genevois en charge de la santé, faisait récemment part à Heidi.news de son souhait que les caisses-maladie contribuent elles aussi par le biais de leurs réserves. Une table ronde nationale pour parler de la répartition des coûts pourrait avoir lieu après la pause estivale, indique la RTS.

link

À écouter sur RTS

Chaque jour, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi