| | radar

Pourquoi Novartis a dû renoncer à un brevet sur sa thérapie cellulaire Kymriah

Novartis renonce à un de ses brevets européens sur le Kymriah, une thérapie CAR-T dans la leucémie et le lymphome, qui vise à reprogrammer les cellules immunitaires pour détruire les cellules cancéreuses. L’annonce vient d’être faite par voie d’avocat, le 29 novembre 2019. Ce revirement fait suite aux attaques de Public Eye et de Médecins du monde (MDM) contre le laboratoire suisse, en juillet dernier.

Pourquoi c’est important. Le Kymriah (tisagenlecleucel) est très cher. Les thérapies cellulaires CAR-T viennent d’être admises en Suisse au prix de 370'000 francs par patient (forfait hospitalier stationnaire), ce qui pose à terme la question de la soutenabilité de ces traitements pour le système de santé. Par cette action, les deux ONG souhaitent peser à la baisse sur le prix de ces thérapies prometteuses et faciliter leur production dans le secteur public. Mais le laboratoire bâlois garde la main sur son traitement.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi