| | News

Pourquoi les personnes trans peinent à se faire soigner correctement

Image d'illustration. | Shutterstock / Panchenko Vladimir

En s’affirmant, fin 2019, en faveur d’une débureaucratisation du changement de sexe et de prénom dans le registre de l’état civil des personnes trans, le Conseil fédéral a insisté sur sa volonté de mieux prendre en compte «les besoins spécifiques des personnes transgenres ou présentant une variation du développement sexuel». La question de leur accès à la santé demeure problématique, entre méfiance sinon défiance d’une côté, et incompréhension voire transphobie de l’autre.

Pourquoi on en parle. La Pride (Marche des fiertés) a fêté son 50e anniversaire le week-end dernier sous une forme mondiale et dématérialisée. A cette occasion, les associations LGBT+ s’émeuvent de l’impact de la pandémie sur la santé des minorités de genre. L’occasion de faire le point sur l’accès au soin des personnes trans et non binaires en Suisse.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi