| | news

Pourquoi la Suisse n’interdit pas les phtalates dans les jouets

Les tapis d'éveils sont souvent en PVC, assouplis grâce à des phtalates. | Shutterstock

L’information est passée inaperçue le 1er décembre, cachée dans la modification de l’ordonnance sur la sécurité des jouets. Un phtalate (le DIBP) reconnu comme étant perturbateur endocrinien et reprotoxique, faisant également partie de la liste européenne des substances extrêmement préoccupantes, est désormais soumis à restriction d’usage, comme trois autres phtalates aux profils et risques similaires (les DEHP, DBP, BBP). La concentration de ces quatre substances est désormais limitée à 0,1% dans les jouets vendus en Suisse.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

La newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi