| | Analyse

Pourquoi la hausse des cas de Covid-19 n'a pas la même signification qu'au printemps

La trajectoire de l'infection d'une personne (ligne bleue) est indiquée dans le contexte de deux régimes de surveillance (cercles) ayant une sensibilité analytique différente: tests rapides et PCR. | Source: NEJM

Ce sont les yeux rivés sur les chiffres des nouveaux cas testés positifs par PCR que l’on observe, avec inquiétude ou scepticisme, l’évolution de l’épidémie. Il suffit que la courbe des nouveaux cas monte pour faire réagir politiques et services de santé publique. Plusieurs chercheurs, dont le Dr Tom Jefferson, directeur de recherche honoraire à Oxford, et le Pr Michael Mina, épidémiologiste à Harvard, questionnent pourtant l’infectiosité réelle de toutes les PCR positives déclarées actuellement.

Pourquoi c’est perturbant. Au printemps, de nombreux spécialistes expliquaient que plus il y avait de cas positifs, plus il y aurait d’hospitalisations et à la fin de décès. Cette corrélation est moins d’actualité: on teste beaucoup plus, les critères de tests et la population dépistée ont aussi évolué.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi