Réservé aux abonnés

Pourquoi l’ivermectine n’est pas recommandée pour traiter Covid-19 

Image d'illustration. | Pixabay / stevepb

Parmi les médicaments candidats au repositionnement pour lutter contre Covid-19, il en est un qui fait couler beaucoup d’encre: l’ivermectine. Cet antiparasitaire, peu coûteux et efficace contre plusieurs maladies tropicales, est apparu dans la littérature, récemment encore, comme candidat de choix dans la prise en charge des patients Covid. Pourtant, il n’est pas recommandé. Le Dr Oriol Manuel, infectiologue au CHUV et membre du groupe thérapeutique de la task force scientifique de la Confédération, explique pourquoi.

Heidi.news — A ce jour, existe-t-il un consensus au sein des hautes instances médicales au sujet de l’utilisation de l’ivermectine pour traiter Covid-19?

Oriol Manuel — La communauté scientifique estime qu’il n’y a pas assez de preuves montrant que l’ivermectine joue un rôle dans le traitement du Covid sévère ou pour la prévention de la maladie en ambulatoire. L’OMS vient d’émettre des recommandations contre l’utilisation de l’ivermectine en dehors des études cliniques. La participation à une étude est l’unique indication qui existe.

Pourquoi?

Les études réalisées jusqu’à présent sont clairement insuffisantes. Elles n’ont que rarement été publiées et révisées par des pairs, la plupart sont des preprints de qualité insuffisante, avec des limites méthodologiques et des données très fragmentaires. Ce sont ces dernières qui montrent un effet de diminution de la charge virale. Le peu d’études fiables et publiées dans des journaux de référence ne montre pas une diminution de la mortalité et des hospitalisations associées à la prise d’ivermectine.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter