Réservé aux abonnés

Pourquoi l’annonce de l’efficacité du vaccin russe est à prendre avec de grandes pincettes

Une femme se fait injecter le candidat vaccin russe Spoutnik V, dans le cadre d'un essai, le 17 septembre à Moscou. | Keystone / EPA / Serguei Ilinitsky

Et de deux? Après l’annonce très médiatisée de Pfizer et BioNTech, c’est au tour du candidat vaccin russe Spoutnik V de faire valoir son efficacité contre Covid-19. Elle serait de 92%, revendiquent les promoteurs du vaccin, dans un communiqué diffusé ce mercredi 11 novembre 2020. Ce vaccin innovant, fondé sur une technologie de vecteurs à adénovirus, aurait ainsi permis d’éviter 9 infections sur 10 sur plus de 16'000 volontaires vaccinés en Russie. Les données n’ont pas été publiées à ce jour.

Une annonce précipitée? La course au vaccin est un enjeu sanitaire majeur, mais elle possède aussi des prolongements économiques et géopolitiques évidents, entre les acteurs stratégiques que sont l’Occident, la Russie et la Chine. L’annonce des promoteurs de Spoutnik intervient deux jours après celle du vaccin concurrent de Pfizer (USA) et BioNTech (Allemagne) et repose sur des données très fragiles. Seulement 20 infections permettent d’asseoir ce résultat.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter