| | Analyse

Plasma convalescent: quand la politique américaine prend le pas sur la science

Donald Trump lors de la conférence de presse du 23 août, à propos du plasma convalescent contre Covid-19.

Dimanche 23 août, les autorités américaines ont annoncé en grande pompe la délivrance d’une autorisation d’utilisation en urgence d’un nouveau traitement contre Covid-19: l’injection de plasma de patient convalescent. La Maison-Blanche vante une «avancée majeure» dans la lutte contre l’épidémie, mais la faiblesse des données cliniques à l’appui de ces déclarations interroge, s’agissant d’un traitement encore très expérimental. Tout invite à lire cette annonce au filtre du contexte politique.

Pourquoi c’est suspect. Très critiqué pour sa gestion de l’épidémie, donné perdant face à Joe Biden en novembre, Donald Trump a besoin de résultats concrets à afficher pour ses électeurs. Quant à la FDA, en charge de l’évaluation des médicaments et responsable de cette homologation, elle a été mise sous pression par le président un jour à peine avant l’annonce de la décision. S’y ajoute un contexte de concurrence entre les pays pour développer de nouveaux traitements ou vaccins contre Covid-19, qui invite à prendre la nouvelle avec des pincettes.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi