| | interview

Pascal Strupler: «Nous devons tout mettre en place pour éviter un deuxième confinement»

Pascal Strupler (à droite), à côté de Daniel Koch, délégué coronavirus de l'OFSP, lors de sa dernière apparition au point de situation coronavirus face aux médias, le 25 février. | Keystone / Anthony Anex

Depuis le début de la crise du coronavirus, l’Office fédéral de la santé publique a un visage: celui, creusé, de Daniel Koch (à gauche sur la photo ci-dessus). Mais il a aussi un directeur, Pascal Strupler, qui se tient en retrait depuis le début de l’épidémie. Il a accepté de rencontrer Heidi.news à Berne. Il parle des masques, des tests de dépistage, du déconfinement, d’une éventuelle deuxième vague et reconnaît que certains outils informatiques de l’OFSP n’était pas prêts au début de l’épidémie. Il répond aussi à quelques critiques.

Comment allez-vous?

Globalement bien même si la crise actuelle est très intense. Cela fait 12 semaines que je travaille sept jours sur sept. Il me reste juste le temps de cuisiner, dormir, et une marche en forêt le week-end. Pour gérer la crise, je suis entouré par une excellente équipe d’une trentaine de collaboratrices et collaborateurs que je rencontre tous les jours, et une centaine de personnes fournissent un travail de soutien en se concentrant sur l’épidémie, pour un office qui compte 600 collaborateurs.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi