| | Radar

Johnson & Johnson passe à la caisse pour éviter un procès dans la crise des opioïdes

L'artiste Domenic Esposito a déposé une sculpture d'une cuillère devant le siège de Johnson & Johnson pour attirer l'attention sur les responsabilités des firmes pharmaceutiques dans la crise des opioïdes. | Keystone

L’entreprise pharmaceutique américaine a annoncé ce mardi 2 octobre avoir conclu un accord à l’amiable avec deux comtés de l’Ohio, aux États-Unis. Cet accord qui se monte à 20,4 millions de dollars (20,39 millions de francs) permet de mettre un terme aux poursuites engagées dans le cadre de la crise des opioïdes rapporte le New York Times.

Pourquoi on vous en parle. Par cet accord, le groupe devient le cinquième fabricant à éviter un procès. De plus en plus d’états américains tentent de rendre l’industrie pharmaceutique responsable de la crise des opioïdes. Johnson & Johnson, qui fabriquait des patchs de fentanyl et deux types de tablettes n’a pas admit sa responsabilité.

link

Lire l'article du New York Times

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi