| | news

Comment 241 élèves suisses à l'étranger ont été rapatriés dans l'urgence

Retrouvailles à l'aéroport de Copenhague. | EPA/CLAUS BECH DENMARK OUT/Keystone

Pour les organisations qui proposent aux élèves des années d’échange à l’étranger, la situation est tendue en raison des incertitudes qui planent sur la rentrée de septembre. Mais on est bien loin du niveau de stress atteint au plus fort de la crise sanitaire. Elles ont alors dû rapatrier en catastrophe des dizaines d’élèves mineurs de destinations parfois lointaines. Chez AFS Suisse, 241 d’une quarantaine de pays, pour être précis.

Les détails. Le 14 mars, le comité directeur d’AFS International a décidé que la sécurité des participants à ses programmes ne pouvait plus être garantie, en particulier l’accès au soin dans les hôpitaux. Le 15 mars, avec des aéroports qui ferment leurs portes les uns après les autres, Luc Estapé, le directeur de la branche suisse de l’organisation, et son équipe s’engagent dans une véritable course contre la montre.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi