| | Radar

New York s’inquiète d’un nouveau variant du coronavirus

La Grosse Pomme vue du ciel. | Pixabay / Free-Photos

Variants britanniques, brésiliens ou sud-africains…, et bientôt new-yorkais? Des biologistes de Caltech ont identifié un nouveau variant de Sars-CoV-2 qui semble se propager rapidement à New York. Apparu en novembre 2020, il représente actuellement un quart des nouvelles infections de l’Etat. Baptisé B.1.526, il regroupe plusieurs mutations dans le domaine de liaison de la spicule, la partie du génome la plus susceptible d’avoir des répercussions importantes sur le comportement du virus. S’il est encore trop tôt pour savoir s’il s’agit d’un variant véritablement préoccupant – le simple hasard suffit parfois à expliquer la propagation –, il s’agit à tout le moins d’un variant à surveiller. Et c’est le New York Times qui en rend compte.

Pourquoi c’est à surveiller. Le coronavirus accumule sans cesse de nouvelles mutations (environ une toutes les deux semaines), mais les choses deviennent sérieuses quand celles-ci lui permettent de mieux se propager ou échapper au système immunitaire. L’une des deux branches du variant new-yorkais contient notamment une mutation (E484K) présente dans les variants brésilien et sud-africain, qui semble diminuer l’efficacité des anticorps et des vaccins. La diffusion d’une telle souche dans un État où une part importante de la population a déjà été exposée à Covid-19 suggère que le variant new-yorkais bénéficie bien d’un avantage sélectif sur les souches sauvages, et qu’il faut le suivre de près. Ce que s’apprêtent à faire les autorités américaines. En Europe, le variant britannique est dominant ou s’apprête à l’être dans la plupart des pays, et le variant sud-africain continue sa progression.

link

A lire dans le New York Times (EN)

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi