| | radar

Mieux déceler la conscience via les ondes cérébrales

Image d'illustration (centre de neuro-rééducation de Lugano). | Keystone / Alessandro Crinari

Des médecins du centre médical de l’université Columbia ont mis au point un test par électro-encéphalogramme (EEG) pour détecter les états de conscience minimaux chez les personnes dans le coma ou en état végétatif. Les résultats ont été publiés en juin 2019 dans le New England Journal of Medicine, et c’est le site Discover qui en parle. Les chercheurs ont testé 104 patients inconscients dans les trois jours après une lésion cérébrale (AVC, hémorragie, etc.) et identifié que 15% d’entre eux présentaient des signes de conscience à l’EEG, en dépit d’une absence de réponse motrice.

Pourquoi c’est important. La caractérisation du niveau de conscience de ces patients est très difficile, et ce d’autant que la conscience peut fluctuer au fil des heures. Le test classique consiste à demander à la personne de serrer la main, mais cette procédure peut échouer en cas d’inaptitude motrice. L’EEG permet de détecter des signaux de traitement de l’information en l’absence de réponse motrice, indicative d’une forme de conscience a minima appelée dissociation cognitivo-motrice (DCM). Elle est notamment indicative de bien meilleures chances de récupération à long terme.

link

À lire sur Discover

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi