| | Interview

Pourquoi le test zurichois défectueux permettant de mesurer la charge virale du VIH ne concerne pas la Suisse romande

Test de dépistage du VIH dans un laboratoire de l'Institut de virologie médicale (IMV) de la faculté de médecine de l'Université de Zurich. | Keystone / Gaetan Bally

Les personnes porteuses du VIH qui suivent un traitement efficace ne sont pas contagieuses. Pour en être sûr, elles doivent faire des analyses sanguines régulières pour mesurer leur charge virale. Si celle-ci n’est plus détectable (en dessous du seuil minimal de mesure de la machine utilisée), c’est que le traitement est efficace. Mi-septembre, dans une clinique de la région zurichoise, des médecins ont constaté qu’un test particulier (Xpert HIV-1 Viral Load de Cepheid) avait donné un résultat faussement négatif.

Pourquoi on vous en parle. Alarmant, ce faux négatif doit être pondéré puisqu’il ne s’agit que d’un seul et unique cas comme l’explique le professeur Matthias Cavassini, médecin chef de la consultation ambulatoire des maladies infectieuse au CHUV à Lausanne. Interview.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi