| | Radar

Vaccins: les ventes d’actions des cadres de Moderna font de nouveau polémique

Les ventes d'action de Moncef Slaoui à l'occasion de son retrait du conseil d'administration de Moderna pour prendre la tête de l'opération Warp Speed avait fait polémique en mai./Moderna

Après une première polémique en mai, les ventes d’actions des dirigeants de Moderna soulèvent des critiques et même des questions légales, rapporte la NPR. L’entreprise de biotechnologies fait partie des leaders dans le développement d’un vaccin contre le coronavirus, lequel a été précommandé par la Suisse. En somme, les dirigeant de Moderna se sont déjà beaucoup enrichis alors que le succès du vaccin est encore une question ouverte. La valeur des actions de l’entreprise a été multipliée par quatre depuis qu’elle est entrée en janvier dernier dans la compétition pour le vaccin. Par ailleurs, Moderna a reçu plus de 2,5 milliards de dollars d’argent public américain dans le cadre de l’opération Warp Speed.

Pourquoi c’est problématique. Les ventes d’actions par les managers sont une pratique courante et s’en acquitter quand le cours de bourse est élevé est logique. Toutefois, le contexte sanitaire, les montants énormes d’argent public ayant contribué au succès de Moderna et le calendrier — comme le montre la NPR, beaucoup de manipulations sur les actions ont eu lieu avant les annonces officielles de la société sur l’avancement de leur vaccin — donnent l’impression, sinon d’un possible délit d’initié, au moins d’un certain cynisme. D’autant plus que les premières critiques parues dans la presse à ce sujet n’ont pas empêché certains des managers de l’entreprise de poursuivre leur enrichissement.

link

A lire sur le site de la NPR

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi