| | news

L'incroyable festin des tiques pendant le semi-confinement en Suisse

L'augmentation des piqûres de tiques depuis le début de l'année 2020 est importante en Suisse. | Source OFSP

Le bulletin hebdomadaire de l’OFSP indique cette semaine que le nombre estimé de consultations médicales suite à une piqûre de tique est de 5000 pour la période de janvier à avril. C’est plus du double que les années précédentes à la même période. Cette augmentation est, cependant, à prendre avec des pincettes en raison des changements conséquents que la crise sanitaire a provoqué dans la récolte des données.

Pourquoi ce n’est pas une surprise. Les tiques deviennent actives à la sortie de l’hiver pour se nourrir. Cette année, le printemps a débuté très tôt, ce qui favorise leur activité. Parallèlement, le semi-confinement a encouragé la pratique de loisirs en plein air comme le jardinage et les sortie en sous-bois, propices aux rencontres avec ces arthropodes.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi