| | News

Les tests rapides sont-ils l’arme fatale pour lutter contre la deuxième vague?

Un test antigénique rapide peut détecter les infections aiguës par le Sars-CoV-2 en recherchant des protéines spécifiques sur l'enveloppe du virus. Photo Adobe Stock/Daniel Beckemeier

Depuis le 2 novembre, des tests rapides de détection antigénique, dits tests rapides, peuvent être utilisés dans toute la Suisse. Ils peuvent détecter le virus en seulement 15 minutes, sans devoir faire le détour par un laboratoire d’analyses médicales. Comment fonctionnent-ils, quand peuvent-ils être utilisés et quelle est leur fiablité?

Pourquoi c’est important. Ils permettent d’augmenter considérablement le nombre de tests pratiqués. Aussi efficaces que les tests PCR pour identifier les personnes en bonne santé, ils sont toutefois moins sensibles pour identifier les personnes malades: un résultat négatif au test rapide n'exclut pas une infection. Plus la charge virale de la personne est importante, plus le test antigène est fiable.

Qu'est-ce qu'un test antigénique rapide? Contrairement à un test PCR, un test antigénique ne recherche pas le matériel génétique du virus, mais des protéines spécifiques sur l'enveloppe du virus. En pratique, le test est aussi simple à réaliser qu'un test de grossesse.

Il reste basé, comme la PCR, sur un prélèvement nasopharyngé. Quelques gouttes sont déposées sur une bandelette de test. Si le prélèvement contient le virus Sars-CoV-2, une ligne colorée apparaît après environ 15 minutes.

Pour que le test fonctionne, une quantité suffisante de protéines virales doit être présente dans l'échantillon. Il est donc essentiel que le prélèvement soit effectué correctement, c'est-à-dire par du personnel médical formé. Pour cette raison, et même si le test ne nécessite pas d’être analysé en laboratoire, il ne peut pas pour autant être pratiqué directement chez soi.

Les autres formes de tests rapides. Outre les tests antigéniques rapides, il existe aussi des tests de détection d’anticorps (sérologiques) rapides et des tests PCR rapides.

  • Les tests de détection d’anticorps fonctionnent eux aussi avec une bandelette réactive, mais ils recherchent dans le sang les anticorps que le système immunitaire produit en réponse à une infection au virus.

  • Les tests rapides PCR, quant à eux, sont un mini-laboratoire sous la forme d'une cartouche, qui détecte le matériel génétique viral dans l’échantillon issu d’un prélèvement nasopharyngé.

Pour l’instant, seuls les tests antigéniques rapides vont être utilisés massivement.

Les tests antigéniques rapides sont-ils sûrs? Les tests antigéniques rapides peuvent détecter les personnes infectées par le virus de manière relativement fiable. C’est ce qu’indiquaient les premiers résultats d'une étude menée par le Centre universitaire de médecine générale et santé publique de Lausanne.

Selon ces résultats provisoires, les tests rapides permettent de détecter 85 % des personnes infectées. Si les chercheurs ne prennent en considération que les personnes ayant une charge virale élevée, les tests rapides permettent de détecter 94% des personnes infectées. Ces tests rapides ont donc identifié de manière fiable les personnes les plus fortement infectées par le virus.

Cependant, sur cent personnes, six ont obtenu un résultat négatif alors qu’elles étaient infectées par le virus (faux négatif). Par contre, l'étude n'a pas révélé de faux positifs. Par rapport à la PCR, les tests antigéniques sont donc tout aussi efficaces pour identifier correctement les personnes non-malades, mais moins sensibles aux personnes infectées. Ces résultats sont conformes à ceux d'une étude réalisée au Centre national de référence pour les infections virales émergentes (CRIVE), à Genève, comme l'indiquait le Conseil fédéral dans un communiqué de presse du 28 octobre.

Dans quelles situations utiliser les tests rapides? Ils semblent particulièrement efficace pour le dépistage de personnes hautement contagieuses, les «super-propagateurs» qui peuvent ou non présenter des symptômes. Cependant, les tests rapides sont trop précieux pour tester les personnes sans symptômes, car leur disponibilité est limitée. L'Office fédéral de santé publique prévoit donc de les utiliser en cas de suspicion de toux, de mal de gorge ou de fièvre.

Toutefois, une exception devrait être faite pour les personnes asymptomatiques qui ont reçu une notification de SwissCovid App et doivent être testées le plus vite possible. Dans ce cas, cependant, un résultat positif devra être confirmé par un test PCR.

Utilisés en complément des tests PCR, les tests rapides vont augmenter sensiblement le nombre quotidien de tests effectués, et peut-être permettre de rompre rapidement les chaînes d'infection. Actuellement, 30’000 tests PCR peuvent être effectués chaque jour en Suisse. Les tests antigéniques viennent augmenter de 50’000 nouveaux tests cette capacité quotidienne.

Cet article a été initialement publié en allemand par notre partenaire éditorial Higgs.ch.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi