| | News

Les grandes entreprises suisses subissent de plein fouet l'impact du coronavirus

Le fabricant d'ascenseurs et d'escalators Schindler est impliqué dans de nombreux projets en Chine, dont cette tour de 636 mètres à Wuhan (Greenlad Center) dont le chantier est actuellement à l'arrêt. Credit DR

KOF, Economiesuisse, Crédit suisse… Les études sur les effets macroéconomiques de l’épidémie de coronavirus sur la Suisse commencent à sortir. Si les analystes tendent à penser que ces effets seront plus profonds que la crise du Sras en 2003, ils estiment pour l’heure que les conséquences pour l’économie helvétique seront relativement bénignes… sous réserve que la crise épidémique ne se prolonge pas. Mais le diable est dans les détails, et certains secteurs et entreprises suisses sont très exposés.

Pourquoi c’est important. Ces dernières années, la Chine s’est hissée au rang de cinquième partenaire commercial de la Suisse, en absorbant 5,5% des exportations helvétiques (8% en tenant compte de Hong Kong). Mais une part des exportations helvétiques – les composants automobiles, par exemple – sont aussi réexportés par des pays clients comme l’Allemagne. A cet effet indirect, s’ajoute celui sur les grandes locomotives de l’industrie suisse dont les opérations en Chine sont clairement impactées par l’épidémie de coronavirus .

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi