| | Radar

Les fuites de laboratoire ne sont pas rares, alors pourquoi pas à Wuhan?

Le laboratoire P4 de l’Institut de virologie de Wuhan. | Keystone / Ng Han Guan

C’est une tribune aussi intrigante qu’informée qu’a publiée USA Today le 22 mars. Journaliste d’investigation spécialisée dans la sécurité des laboratoires de sciences de la vie depuis 2007, Alison Young rappelle que les fuites de pathogènes des laboratoires de recherche de haute sécurité ne sont pas rares, même si elles donnent rarement lieu à des foyers épidémiques. Citant un nombre impressionnant de contaminations accidentelles, y compris dans les centres ultra sécurisés des CDC américains, elle apporte une nouvelle lumière sur l’une des origines potentielles de la pandémie Covid-19.

Pourquoi c’est intéressant. Alison Young estime que la question de l’origine du virus Sars-CoV-2 est parasitée par la politique, le complotisme et le racisme. Mais elle s’interroge sur le caractère «hautement improbable» d’une fuite accidentelle de l’institut de virologie de Wuhan, comme l’a retenu l’équipe d’enquêteurs de l’OMS à propos de cette théorie. Pour la simple raison que son expérience lui fait dire que de telles fuites n’ont rien d’improbables. Rejoignant une demande déjà exprimée par certains scientifiques, sa tribune n’est peut-être pas de nature à obtenir une nouvelle enquête sur une éventuelle fuite à Wuhan, mais elle pose des questions importantes sur la sécurité de ces laboratoires ainsi que sur leur opacité et leur contrôle.

link

A lire dans USA Today (EN)

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi