Réservé aux abonnés

Les clefs du déconfinement (3/3): des masques de protection disponibles pour tous

Un livreur de l'institution publique de maintien a domicile (imad) à Genève. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Alors que le Conseil fédéral vient d’esquisser le déconfinement de la Suisse à partir du 27 avril, trois technologies devraient jouer un rôle clé: les tests sérologiques, le traçage numériques des contacts entre personnes et le port de masques. Mais ces technologies sont-elles prêtes à être déployées? Et, ne risquent-elles pas de créer de nouveaux problèmes? Heidi.news a mené l’enquête sur ce «solutionnisme technologique».

Obligatoire ou recommandé dans un nombre croissant de pays, le port de masques de protection par la population dans les lieux publics apparaît comme une des clefs du déconfinement. Lors de sa conférence de presse du 16 avril, le Conseil fédéral a évoqué une obligation ou une recommandation en fonction des secteurs d’activité. Il doit encore se prononcer sur la question des transports publics. Sous réserve que ces fameux masques soient disponibles.

Pourquoi c’est important. A côté des tests d’immunité et du traçage numérique et (voir les épisodes 1 et 2), le port de masques de protection dans l’espace public est de nature à diminuer la contagion. En Suisse, l’Office Fédéral de la Santé Publique (OSFP) a d’abord réservé cet usage aux personnels soignants. Faute de masques disponibles? Oui mais aussi pour cause de priorité immédiate. Le déconfinement à partir du 27 avril pose maintenant la question de la disponibilité de masques dans des volumes beaucoup plus importants. L’économie suisse se mobilise pour faire face à cette demande.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter