| | radar

Les poumons se régénèrent (partiellement) lorsqu'on arrête de fumer

Pixabay / S. Hermann et F. Richter

Un groupe de chercheurs britanniques, dirigé par Peter Campbell du Wellcome Sanger Institute, a découvert que les poumons endommagés d'anciens fumeurs se régénèrent en partie. Leur trouvaille, publiée dans Nature et relatée sur le site universitaire The Conversation, a été établie chez six ex-fumeurs et doit encore être validée à plus grande échelle, mais c’est la première fois qu’un tel phénomène est mis en évidence. Il tend à expliquer pourquoi l’arrêt du tabac est toujours bénéfique, quel que soit le temps passé à fumer – le plus tôt étant évidemment le mieux.

Pour aller plus loin. Le tabagisme possède un effet mutagène. Les cellules exposées des bronches accumulent des mutations (de 10 à 15’000 dans l’étude!) dont certaines, dites «pilotes», favorisent une multiplication incontrôlée et débouchent in fine sur le développement d’un cancer du poumon. Or, les chercheurs ont découvert dans les bronches des ex-fumeurs de nombreuses cellules avec un taux de mutations normal, similaire à un non-fumeur. Il semble que l’arrêt du tabac favorise la multiplication de ces cellules saines, selon un processus mal compris.

link

A lire sur The Conversation

Chaque jour, la newsletter qui vous livrera infos, témoignages et analyses au cœur des hôpitaux.

Lire aussi