| | News

Les Britanniques évacuent la piste de l'anti-VIH chez les patients Covid-19 graves

Pixabay / Miguel Á. Padriñán

C’est la deuxième «victime» de l’essai britannique Recovery, après l’hydroxychloroquine. Le médicament anti-VIH Kaletra, combinaison des antiviraux lopinavir et ritonavir, n’est pas efficace pour soigner les malades de Covid-19 hospitalisés dans un état sévère ou critique. C’est la conclusion des chercheurs britanniques, qui publient mardi 6 octobre leurs résultats dans le Lancet après avoir annoncé l’interruption des essais  à la fin du mois de juin.

Pourquoi c’est important. Le lopinavir-ritonavir est un médicament antiviral employé dans le traitement du VIH. Il figurait parmi les principaux candidats au repositionnement contre Covid-19 en raison de son activité in vitro contre le nouveau coronavirus, étayée par des résultats chez l’animal contre le Sras et le Mers. Mais le transfert de résultats chez l’homme n’est jamais une affaire assurée, et les résultats de Recovery ont signé la fin de cette hypothèse thérapeutique.

Cet article est réservé aux abonnés.

S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Lire aussi