Réservé aux abonnés

Covid: le procès Nuremberg 2.0, grand fantasme des complotistes, n’aura pas lieu

L'avocat allemand Reiner Fuellmich YOUTUBE.COM / FILS DE PANGOLIN

Une idée folle est née dans le cerveau agité de l’avocat allemand Reiner Fuellmich, une des grandes figures complotistes actuelles. Celle d'un grand procès international pour punir les scientifiques et les politiques ayant géré la pandémie. Il s'en prend aux tests PCR mais aussi à la reine d'Angleterre, au Vatican et à la famille Rothschild. L'idée fait désormais peur à son auteur, qui tente de la faire oublier tout en affirmant que la justice est en marche.

«Le grand procès est en préparation.» Taper Nuremberg 2.0 dans un moteur de recherche est un exercice édifiant. Les mises en garde agressives se multiplient sur internet envers ceux qui sont considérés comme les grands organisateurs de la «plandémie» et leurs complices. Selon qui la machine est en marche: «Les adeptes de QAnon pensent que des procès secrets seront organisés pour les responsables de l'application des règles du Covid». Heidi.news s’est lancé dans le décryptage du fantasme ultime de l’Internationale complotiste.

De quoi on parle. L’idée d’un Nuremberg 2.0 est née en Allemagne, en juillet 2020. Enfin, plutôt dans le ranch californien de l’avocat allemand Reiner Fuellmich. L’homme est un véritable héros des «Querdenker» allemands, notamment depuis qu’il s’en est violemment pris au virologue Christian Drosten, celui qui a mis au point avec ses équipes berlinoises le protocole des tests PCR fin janvier 2020. Tests PCR qui seraient à l’origine du «mal», selon l’avocat. Dont les actions se focalisent essentiellement sur cet outil de dépistage. Sans lui, pas de pandémie, pas de Covid, pas de panique. Pour Reiner Fuellmich, prouver que les PCR ne sont pas des outils d’identification fiables du Sars-CoV-2 permettrait de faire «tomber le château de cartes».

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter