| | news

Le dur chemin des assurées en cas de fausse couche

Image d'illustration | Keystone / Christian Beutler

En Suisse, l’assurance-maladie de base rembourse intégralement, tout au long de la grossesse, les «prestations spécifiques de maternité»: examens de contrôle (sept en tout), ultrasons ou encore analyses de laboratoire. En revanche, la franchise et la participation aux coûts de 10% s’appliquent en cas de complication avant la treizième semaine de grossesse, notamment de fausse couche.

Pourquoi c’est injuste. En clair: une femme dont la grossesse se passe bien ne débourse pas un centime tandis que celle qui doit se rendre en urgence à l’hôpital pour des saignements ou subir un curetage passe à la caisse. Ce sujet fait l’objet d’une attention politique croissante sur la scène fédérale. Une motion demandant au Conseil fédéral de changer la loi a été acceptée au Parlement.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi