Réservé aux abonnés

Tal Zaks, directeur médical de Moderna, explique comment son vaccin fonctionne

Tal Zaks, directeur médical de Moderna Therapeutics. | Moderna

Moderna Therapeutics est devenu l'un des principaux acteurs dans la course au développement d'un vaccin contre Covid-19. Son directeur médical Tal Zaks n’est pas virologue mais oncologue de formation. Ce n'est donc peut-être pas un hasard si la technologie innovante d’ARN messager (ARNm) sur laquelle repose le candidat vaccin de sa société a d’abord été conçue comme un traitement potentiel contre le cancer. Moderna a près d'une douzaine de candidats vaccins en cours de développement, dont l’un destiné à des maladies tropicales longtemps négligées comme le chikungunya et l'Ebola. Mais c'est la pandémie qui a créé la grande rupture dont cette petite startup de biotechnologie avait besoin.

Geneva Solutions – Le candidat vaccin de Moderna repose sur une technologie très différentes des autres vaccins commercialisés à ce jour. Pouvez-vous expliquer cette stratégie, et en quoi elle est prometteuse?

Tal Zaks – La théorie fondamentale de la biologie nous dit que le matériel génétique est stocké dans l'ADN, et qu’un intermédiaire, l’ARNm (messager), transpose l'information de l'ADN à la cellule pour fabriquer une protéine particulière. L'ARNm est une copie transitoire des instructions contenues dans nos gènes, qui ordonne aux ribosomes de la cellule de fabriquer la protéine. Toutes les cellules de l’organisme possèdent le même ADN. Mais ce qui rend chacune d’entre elles unique, c'est le fait qu'elles possèdent des ARNm différents, traduits en protéines différentes.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Se connecter