| | news

Le coronavirus donne de l'air à la télémédecine

Shutterstock / JP WALLET

Elle pourrait être l’une des grandes gagnantes de la crise provoquée par le coronavirus. La télémédecine courtise et séduit un système de santé mis sous pression. Face à l’affluence dans les hôpitaux, la prise en charge médicale à distance offre les avantages de désengorger les services d’urgence, d’éviter l’exposition des patients à l’agent infectieux, de réaliser le suivi des personnes atteintes qui ne nécessitent pas d’hospitalisation et de répondre à la demande plus rapidement. Une opportunité pour les défenseurs de la digitalisation des soins de base.

Pourquoi on en parle. Depuis le début de la crise, la demande de services télémédicaux augmente. Certains hôpitaux orientent désormais les patients vers ce type de service via leur site internet. Ainsi, le centre hospitalier de Bienne (CHB), son cabinet de médecins de famille Localmed Bienne et l’Hôpital de la Tour ont débuté une collaboration avec Soignez-moi.ch, une plateforme de e-consultation. D’autres hôpitaux devraient suivre. À l’étranger aussi, la télémédecine gagne du terrain, comme en France où le remboursement de la télé-consultation a été facilité depuis le 9 mars.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi