| | News

Le Conseil fédéral a tranché: Noël sera confiné dans les cantons où l'épidémie n'est pas sous contrôle

Les nouvelles mesures en vigueur à partir de mardi 22 décembre. Source : Conseil fédéral

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Sous pression face au regain épidémique, le Conseil fédéral a décrété ce vendredi un reconfinement du pays à compter de mardi 22 décembre. Les restaurants, établissements culturels et sportifs seront fermés, y compris pendant les fêtes. Il est demandé à l’ensemble de la population de rester chez elle, en renonçant aux voyages et excursions non essentiels. En revanche, les domaines skiables demeurent ouverts.

Pourquoi il reste de l’espoir. L’exécutif a pris soin de ménager une soupape de décompression. Dans les cantons où la situation épidémiologique est favorable, les restaurants et établissements sportifs pourront demeurer ouverts, à la discrétion des autorités locales. Pour disposer de cette option, un canton devra afficher une dynamique épidémique à la baisse et une circulation virale inférieure à la moyenne suisse. C’est encore le cas, de justesse, des cantons romands.

Les mesures. Les nouvelles restrictions ont été prises à compter de mardi 22 décembre et seront valables pour un mois, jusqu’au 22 janvier. Un bilan intermédiaire sera fait au 30 décembre, qui pourrait déboucher sur de nouvelles restrictions au besoin.

  • La population est appelée à rester à la maison dans la mesure du possible, limiter les contacts et éviter les déplacements non essentiels.

  • Les restaurants seront fermés, y compris pendant les fêtes. Les offres à emporter et les services de livraison pourront continuer à fonctionner.

  • Les établissements culturels (musées, galeries, cinémas, bibliothèques, jardins botaniques, zoos, casinos, salles de jeu…) et sportifs seront fermés.

  • Les restrictions sur les commerces demeurent, avec une fermeture les dimanches et jours fériés et à 19 heures les jours ouvrables. La capacité d’accueil est encore restreinte. Les boulangeries et pharmacies pourront ouvrir le dimanche et jours fériés.

mesures-22décembre.png

Ces décisions se justifient par la situation épidémique désastreuse de la Suisse, avec une dynamique haussière (Re = 1,13 en Suisse ce jour) et un niveau de circulation élevé. Alain Berset:

«C’est trois fois plus haut que l’Espagne, presque trois fois plus que la France ou la Belgique. On est bien trop haut!»

Ces derniers jour, les hôpitaux du pays ont alerté à plusieurs reprises sur le risque de reprise épidémique violente à l’issue des fêtes, alors que les taux de remplissage en soins intensifs sont encore très élevés.

Le ski. Le Conseil fédéral n’a visiblement pas souhaité toucher à ce totem, et préféré laisser la main aux cantons. Il n’en demeure pas moins que les autres mesures s’appliquent aux domaines skiables (restaurants fermés, commerces restreints, port du masque obligatoire) et que des plans de protection adaptés doivent être mis en place.

Alain Berset, sur la perspective que les Suisses aillent skier malgré tout:

«Réfléchissez bien. Parce que les hôpitaux sont pleins et voir beaucoup de monde sur les pistes pose le risque de voir augmenter les accidents.»

En réponse à une question, le Conseiller fédéral en charge de la santé indique avoir lui-même renoncé au ski pour ses propres vacances.

Les tests rapides étendus. Les tests rapides (antigéniques) étaient jusqu’à présent réservés aux personnes manifestant des symptômes. A compter du 21 décembre, ils seront accessibles à tous (sans être remboursés) et pourront être intégrés aux plans de protection des cantons.

L’idée est de pouvoir utiliser un test rapide à très courte échéance avant une visite, pour s’assurer qu’on n’est pas contagieux. Alain Berset

«Un test rapide peut être utilisé par exemple avant une visite dans un EMS ou à l’hôpital. On peut considérer que c’est valable pour la journée, mais pas dès le lendemain.»

Les exceptions. Les cantons pourront décider de de garder les restaurants, bars, boites de nuit, établissements sportifs et culturels s’ils se trouvent dans une situation épidémique maîtrisée. Deux critères «déterminants»:

bag_covid_19_CovidRe_geography_18_décembre_2020.jpeg
Carte des Re par canton, au 18 décembre 2020. Les cantons en orange ont des Re inférieurs à 1. Source: OFSP / ETH.

  • Le canton doit aussi avoir une incidence de nouveaux cas, (moyenne glissante sur 7 jours), inférieure à la moyenne suisse durant au moins sept jours consécutifs.

Les cantons romands, qui maintiennent encore de peu une dynamique épidémique à la baisse, sont concernés par cette exception. Genève, le Valais et Vaud ont déjà annoncé maintenir leurs restaurants ouverts.

Alain Berset:

«Il y a une possibilité d’assouplir ces règles dans les cantons où la situation est bonne. Mais il ne faut pas donner trop d’espoir avec ça: ça ne va plus être très long avant que la situation reparte à la hausse aussi dans ces cantons.»

En réponse à une question, le ministre de la santé estime que «c’est une question de jours» avant que les cantons qui font figure d’exception ne retombent dans le cas général.

newsletter_point-du-jour

Recevez chaque matin un résumé de l'actualité envoyé d'une ville différente du monde.

Lire aussi