| | Interview

Le CHUV réagit sur ses liens avec le Centre du sommeil de Florimont

Oliver Peters, directeur général adjoint du CHUV | Keystone / Adrien Perritaz

Dans le cadre des révélations de l’enquête sur les centres du sommeil lausannois, Heidi.news a demandé à Oliver Peters, directeur général adjoint du CHUV, quelle était la position du Centre hospitalier universitaire vaudois sur les liens existants entre les deux entités.

Lire aussi: Le torchon brûle entre les cliniques du sommeil lausannoises

Heidi.news – D’une manière générale, les employés du CHUV peuvent-ils avoir des activités annexes? Si oui, à quelles conditions?

Oliver Peters – Les activités annexes sont strictement réglementées et doivent être annoncées à la Direction qui a toute latitude pour les refuser en cas de conflits d’intérêts.

Quels sont les rapports du Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil (CIRS) du CHUV avec le Centre du sommeil de Florimont? Nous avons constaté que plusieurs collaborateurs du CIRS travaillent également au centre de Florimont. Comment la collaboration est-elle réglée? Des ententes salariales et d’échange du personnel sont-elles en vigueur?

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi