| | news

«Le burn-out est un terrain en friche qui se prête bien aux études scientifiques»

Image d'illustration | Christian Beutler / Keystone

Ce mardi 10 septembre se tient à Lausanne la conférence «Comprendre et prévenir le burn-out». Le syndrome d’épuisement dû au stress prolongé n’est pas une pathologie reconnue médicalement. L’OMS l’a classé comme «syndrome lié au stress chronique au travail» dans sa onzième révision de la Classification internationale des maladies (CIM-11) le printemps dernier. La Suisse, de son côté, considère cette affection comme une dépression à charge de l’assurance-maladie.

Pourquoi on vous en parle. Le monitoring du stress mené par Promotion Santé Suisse en 2018 signale que 27,1% des actifs du pays sont exposées au risque d’épuisement professionnel et 30% sont épuisés émotionnellement. Cela représente des coûts pour l’économie s’élevant à 6,5 milliards de francs. Une facture salée qui augmente d’année en année.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi