| | analyse

La Suisse était-elle suffisamment préparée au risque épidémique?

Diagramme des risques représentant 27 scénarios pour lesquels une fréquence a pu être estimée. ¦ Source: Office fédéral de la protection de la population OFPP. Infographie: Heidi.news, nor/mir

Le dernier sondage de l’institut Sotomo pour le compte de la SSR, montrait que 62% de la population suisse faisait confiance au Conseil fédéral pour surmonter la crise du coronavirus. Pourtant, les ruptures de stock de matériel de protection, comme les masques et les sur-blouses, éveillent certaines interrogations quant au niveau de préparation du pays face à la pandémie. Eclairage avec l’un des hommes les plus aguerris de Suisse: Denis Froidevaux, chef de l’Etat-major cantonal de conduite du canton de Vaud qui pilote l’engagement des partenaires sécuritaires et des services techniques, autorités et communes en cas de situation extraordinaire.

Pourquoi c’est déterminant pour notre avenir. Faire le point sur le niveau de préparation et la gestion d’une crise qui a figé le pays pendant plusieurs semaines nous permettra d’affronter les suivantes avec plus de sérénité. Ce d’autant plus qu’avec le changement climatique, notre habitat se révélera de plus en plus vulnérable au risque épidémique. Le coronavirus peut être vu comme un stress test et ouvrir une réflexion de fond en termes de gestion de risques.

Cet article est réservé aux abonnés.

Accédez à tous nos contenus, soutenez une rédaction indépendante.

S'abonner

Recevez chaque jour des actualités thématiques en vous inscrivant à nos newsletters gratuites.

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi