| | idées

La réponse d'Antonio Hodgers au sénateur qui accuse la Suisse de menacer la santé des Français

Antonio Hodgers

«Dans un pays où la responsabilité civique et la confiance dans le système se veulent élevées -cela va des caissettes de journaux en libre accès au vote par correspondance postale, en passant par le maintien du fusil militaire du citoyen-soldat à la maison- n’est-il pas normal de penser que la grande majorité de la population est adulte et responsable et donc capable d’appliquer par elle-même les règles sanitaires?»

Lettre ouverte à Monsieur le Sénateur Loïc Hervé

Monsieur le Sénateur,

Par médias interposés, vous avez annoncé avoir interpellé le Ministre français des affaires étrangères, inquiet de la politique de «confinement relatif», pour reprendre vos propos, que pratique la Suisse depuis plus de trois semaines maintenant. Vous avez notamment indiqué qu’elle vous semblait insuffisante et qu’elle mettait à mal les efforts sanitaires du côté français.

En guise de préambule, permettez-moi de souligner l’attachement qui est le mien à la construction commune de notre agglomération binationale -le Grand Genève- dont j’ai l’honneur de présider l’organe de gouvernance. Notre territoire reçu en partage est interdépendant de bien des manières et la crise sanitaire nous fournit, de part et d'autre de la frontière, une occasion supplémentaire de démontrer notre capacité à faire face ensemble aux défis communs, chacun dans le respect des spécificités et capacités de l'autre.

Ce préalable étant posé, si je reviens sur votre coup de gueule contre la Suisse, c’est qu’il révèle une perception caricaturale de la culture politique helvétique. Dès lors, saisissons cette opportunité pour apprendre à mieux nous connaître!

De par son histoire et ses institutions, la légitimité du politique en Suisse vient des citoyen.ne.s et des cantons, et non du pouvoir centralisé au sein d’une capitale nationale. En France, il est normal et attendu qu'en temps de crise le Président de la République s’adresse à la Nation à travers une allocution où, sur fond de Marseillaise, le chef d’Etat prononce son message en regardant ses compatriotes dans les yeux. D'ici, nous connaissons et respectons cela; peut-être même cela nous fascine-t-il. Le gouvernement suisse, quant à lui, met en avant le consensus et organise des conférences de presse en présence de tous les ministres concernés par la thématique, où les journalistes peuvent poser d'innombrables questions. En toute simplicité, sans décorum particulier.

Tandis que le chef des armées Macron déclame que la France est en guerre et donne une dimension martiale à la gestion de la crise, le Conseil fédéral suisse insiste sur la responsabilité individuelle et préfère la métaphore sportive du marathon. Mais ce décalage notable entre les discours de nos deux pays relève, à mon sens, plus d’une conception différente du rôle de l’Etat que d’une réelle divergence de nos politiques sanitaires.

Le modèle français a voulu un confinement complet de la population consistant en l’interdiction de sortir de chez soi, sauf pour des motifs d’exception. La Suisse a considéré que la seule manière de ralentir la diffusion du virus est la compréhension par chacun.e des règles sanitaires. Que l’adhésion de la population est un outil bien plus efficace que toutes les forces de police qui ont d’ailleurs d’autres enjeux à gérer. Bien sûr, il y aura toujours quelques récalcitrants (notamment parmi les jeunes pour qui le sentiment naturel d’invulnérabilité peut être présent), mais, jusqu’à preuve du contraire, cela ne justifie en rien un contrôle généralisé.

Oui. Dans un pays où la responsabilité civique et la confiance dans le système se veulent élevées - cela va des caissettes de journaux en libre accès au vote par correspondance postale, en passant par le maintien du fusil militaire du citoyen-soldat à la maison - n’est-il pas normal de penser que la grande majorité de la population est adulte et responsable et donc capable d’appliquer par elle-même les règles sanitaires dans l’espace public? Au fond, la Suisse fait simplement la démonstration qu'il est possible de se passer du système d’auto-déclaration écrite et, ce faisant, d'une couche supplémentaire de bureaucratie pour se protéger au mieux du COVID-19.

Monsieur le Sénateur, vous disiez craindre que le «laxisme» des autorités suisses ne soit un danger tant pour sa population que pour les Français de la région. Mais la protection de la population a toujours été au cœur des décisions que nous avons prises, c'est même elle seule qui nous a dicté les mesures à prendre. Nous avons été sur le terrain, nous avons échangé avec nos spécialistes de haut niveau. Nos hôpitaux ont fait preuve d'une agilité remarquable pour augmenter leurs capacités. Et nous avons échangé, comme il se doit, avec les autorités fédérales et avec les autorités de France voisine.

C'est cela qui, je crois, mérite d'être mis en avant: l'échange, la coordination, la coopération si essentielle pour surmonter une telle crise, au niveau national mais aussi transfrontalier. En l’occurrence, notre système sanitaire serait aujourd’hui sérieusement amputé si le personnel transfrontalier (près de 40% du personnel des Hôpitaux Universitaires de Genève et des EMS du canton) n’était pas à son poste. De la même manière, la Suisse est fière d’avoir pu accéder à la demande de l’Ambassadeur de France d’accueillir des dizaines de malades afin de décharger les hôpitaux de l’Hexagone. Sur le terrain encore, la collaboration est exemplaire comme le démontre la déclaration commune signée cette semaine par les préfets de l’Ain et de la Haute-Savoie, ainsi que l’Etat de Genève.

Et vous, serez-vous prêt à reconnaître que le modèle helvétique est un autre modèle de gouvernance possible? Soyez en tout temps le bienvenu chez nous! En étant persuadé que nos différences sont autant d’opportunités d’un apport mutuel pour autant que l’on sache les valoriser, je vous adresse, Monsieur le Sénateur, mes meilleurs messages.

Antonio Hodgers

Président du Conseil d'Etat du canton de Genève

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi